Taylor Swift, Selena Gomez, Kylie Jenner emblèmes et victimes de SLUT-SHAMING, c’est quoi au juste ?

Ecrit par

Si l’on pensait que 2016 apporterait son lot de miracles, il n’en est rien. Bowie & Prince sont morts et le slut-shaming fait encore de (tristes) ravages

Selena Gomez, Taylor Swift, Perrie Edwards, l’inégalité entre les hommes et les femmes existe aussi chez les stars. Ces dernières sont d’ailleurs nombreuses à dénoncer ces pratiques, quotidiennement. Que ce soit le salaire ou bien l’éducation, les femmes n’ont pas les mêmes chances et opportunités que les hommes, mais ce n’est pas tout. En plus d’être victime d’inégalités flagrantes, la gent féminine est aussi victime de slut-shaming. Si la tendance est loin d’être nouvelle, elle ne cesse de s’étendre grâce / à cause des réseaux sociaux. Qu’est-ce que c’est ? Qui en est victime ? Pourquoi ? Quelles sont les stars prêtes à dire STOP ? Focus sur ce douloureux phénomène.

Taylor Swift, Selena Gomez, Kylie Jenner emblèmes et victimes de SLUT-SHAMING, c’est quoi au juste ?

Taylor Swift, Selena Gomez, Miley Cyrus, Kim Kardashian, Kylie Jenner, toutes ces jeunes femmes médiatisées ont un point commun bien particulier : Être victimes de slut-shaming. Mais c’est quoi au juste ? Et comment on arrête ça ? D'après Finally, a Feminism 101 Blog, le slut-shaming “consiste à stigmatiser, culpabiliser ou disqualifier toute femme dont l'attitude et l'aspect physique seraient jugés provocants ou trop ouvertement sexuels”. Pour Linda Lowen, spécialiste, le slut-shaming est “l’acte délibéré d’appeler une femme une salope, une pute ou de faire référence à sa personne avec des termes sexuels, dans le but de l’embarrasser, de l’humilier, de l’intimider, de la dégrader ou de la juger pour ses actions et son comportement.” Malheureusement, impossible de stopper ce phénomène. Au contraire, ce dernier ne cesse de prendre de l’ampleur. Pourtant, chacun est libre d’agir comme il l’entend tant qu’il ne nuit pas à autrui, non ?

Taylor Swift, Selena Gomez, Kylie Jenner emblèmes et victimes de SLUT-SHAMING, c’est quoi au juste ?

Apparemment, non. Et sur les réseaux sociaux, les internautes se font un malin plaisir de le rappeler. Les stars féminines se voient jugées et parfois insultées pour les posts qu’elles peuvent faire : Leur corps ne leur appartient pas entièrement et elles ne peuvent pas s’afficher comme elles l’entendent. Il n’y a qu’à voir les réseaux sociaux de personnalités qui s’assument et aiment leur corps : Que ce soit Kim Kardashian, Kylie Jenner ou encore Taylor Swift et Selena Gomez, les stars sont nombreuses à être victimes de slut-shaming. Une photo glamour ou sexy, un selfie en maillot de bain… Il suffit de peu pour déclencher de violentes réactions.

Taylor Swift, Selena Gomez, Kylie Jenner emblèmes et victimes de SLUT-SHAMING, c’est quoi au juste ?

Dernier exemple en date : Le selfie nue de Kim Kardashian dans sa salle de bain. Si Kim a décidé de cacher ses parties intimes avec des bandeaux noirs, cela n’a pas suffit : Les commentaires se sont enchaînés. Les femmes ont-elles droit de s’afficher nue (ou presque) comme peuvent le faire les hommes ? Kim Kardashian peut-elle montrer sa nudité sans perdre sa crédibilité en tant que maman et femme ? Journalistes, médias, stars, fans, le monde entier a été secoué par cette affaire aux proportions incroyables. Malheureusement, ce cas-là est loin d’être le seul. Taylor Swift s’est d’ailleurs livrée sur le sujet il y a quelque temps. En interview pour Vogue Magazine, la chanteuse a déclaré être l’emblème du slut-shaming. Quand le journaliste lui demande ce qu’elle aurait voulu savoir à 19 ans, l’Américaine explique : “Tu vas sortir avec des garçons comme une personne normale de 20 ans est autorisée à le faire, mais tu deviendras le support du slut-shaming.”

Régulièrement au cœur de l’actualité pour ses relations amoureuses, Taylor Swift est jugée pour son “tableau de chasse” et pour les chansons qu’elle dédie souvent à ses ex. Un comportement dégradant pour certains, qui l’accusent de se faire de l’argent sur le dos de ses conquêtes et de chercher l’attention. Hailey Baldwin, de son côté, a été jugée et insultée il y a peu pour sa relation avec Justin Bieber. Lorsque la playmate Amanda Cerny révèle à Nick Richie avoir dit non aux avances du Canadien pour ne pas briser leur amitié et pour ne pas passer pour la “slut” du groupe, le présentateur répond : “Oui, comme Hailey Baldwin.”

Le Web réagit-il de la même façon à ces comportements lorsqu’il s’agit d’une star masculine ? Non.

Il n’y a qu’à voir les photos que peut poster Justin Bieber sur son compte Instagram et les commentaires qui vont avec. Contrairement à Kim Kardashian ou encore Taylor Swift, Selena Gomez ou bien Demi Lovato, pas ou peu d’insultes pour les célébrités masculines qui s’exposent sur les réseaux. Au contraire, les fans trouvent ça sexy et en demandent plus, toujours plus. Un comportement versatile qui choque : Si Justin Bieber peut aujourd’hui s’afficher nu sur Instagram, pourquoi Demi Lovato ne peut-elle pas poser en tenue sexy ? Si Big Sean peut écrire des chansons sur ses ex, pourquoi Taylor Swift est-elle constamment visée sur sa vie amoureuse ? La faute d'un monde encore trop sexiste et misogyne aujourd’hui ? Pas seulement. Triste constatation : Si les filles sont régulièrement attaquées verbalement ou physiquement par des garçons, elles se jugent souvent entre elles. Sur les réseaux sociaux, les jeunes femmes sont nombreuses à laisser leurs commentaires. Plus encore, certaines n’hésitent pas à créer des vidéos tuto pour donner tous leurs conseils pour être une “bonne femme” : “Hey, tes seins sont faits pour rester sous ton T-shirt.”

Taylor Swift, Selena Gomez, Kylie Jenner emblèmes et victimes de SLUT-SHAMING, c’est quoi au juste ?
Taylor Swift, Selena Gomez, Kylie Jenner emblèmes et victimes de SLUT-SHAMING, c’est quoi au juste ?

Si l’on peut penser que ce phénomène ne concerne que les stars connues qui osent s’afficher sur le Web, ce n’est pas le cas. Loin de là. A l’école, au collège, au lycée, à l’université, au travail, dans la rue, dans les transports, parfois chez soi : Le slut-shaming est partout et les victimes plus nombreuses que ce que l’on pense. Que ce soit une jupe un peu courte, un nouveau petit ami ou un regard… Tout est prétexte aux commentaires sexistes et misogynes. Si les stars de renommées internationales arrivent à garder la tête haute et à voir plus loin, cela peut être plus difficile à gérer pour des personnes anonymes. La preuve avec de nombreux suicides, dont celui de Rachel Ehmke. Cette Américaine de 13 ans, victime de harcèlement durant des mois à mis fin à ses jours en 2012. Insultée de "pute" par ses camarades et vue comme la “salope de l’école”, Rachel a vécu un véritable calvaire selon ses parents. Ironie de l’histoire : Rachel Ehmke n’avait jamais embrassé un garçon.

Taylor Swift, Selena Gomez, Kylie Jenner emblèmes et victimes de SLUT-SHAMING, c’est quoi au juste ?

Face à l’ampleur de ce phénomène, les stars ont décidé d’utiliser leur notoriété et leur présence sur les réseaux sociaux pour dénoncer ces attaques, à l’instar d’Emily Ratajkowski. Le mannequin et actrice s’est emparée, le temps d’un article, du site Lennyletter.com pour y raconter son histoire, son point de vue : “Je refuse de vivre dans un monde de hontes et d’excuses silencieuses. La vie ne peut pas être dictée par la perception des autres. J’aurais aimé que le monde m’apprenne que les réactions des personnes sur ma sexualité ne sont pas MON problème, mais le LEUR.”

Taylor Swift, Selena Gomez, Kylie Jenner emblèmes et victimes de SLUT-SHAMING, c’est quoi au juste ?

Kim Kardashian, elle aussi a pris la parole suite à ce selfie dénudé. L’occasion pour elle de revenir sur sa sex tape, mais aussi sur les critiques qui s’en sont suivies : “J’ai vécu à travers la honte et la peur et j’ai décidé d’avancer, de ne plus m’en faire. Je ne devrais pas me défendre constamment. Lister mes accomplissements juste pour prouver que je suis plus que quelque chose que j’ai fait il y a 13 ans. Je suis représentée par mon corps, par ma sexualité. Par le fait de me sentir bien dans ma peau. Par mes défauts que je montre au monde et par le fait de ne pas avoir peur de ce que les gens vont dire de moi. Et j’espère qu’à travers la visibilité qui m’a été donnée, je peux encourager ce comportement chez les filles et les femmes à travers le monde. Nous sommes en 2016, le body-shaming et le slut-shaming… C’est assez. Je ne vivrai pas ma vie à travers les problèmes que vous avez avec ma sexualité. Soyez-vous et laissez-moi être moi. Je suis une mère. Je suis une femme, une sœur, une fille, une businesswoman et j’ai le droit d’être sexy.”

Taylor Swift, Selena Gomez, Kylie Jenner emblèmes et victimes de SLUT-SHAMING, c’est quoi au juste ?

Récemment, c'est Ariana Grande qui a fait le buzz avec son nouveau clip "Dangerous Woman". Si certains l'ont adoré, d'autres ont critiqué la jeune femme pour son côté sexy. Sur Facebook, Ariana Grande n'a pas hésité à répondre à l'un d'entre eux : "Quand est-ce que les gens arrêteront d'être offensés par les femmes qui montrent de la peau ou qui expriment leur sexualité ? Les hommes enlèvent leurs T-Shirt, expriment leur sexualité sur scène, en vidéos, sur Instagram, où ils le veulent... Tout le temps. C'est tellement fatiguant et ennuyant. Avec tout mon respect, je pense qu'il est temps que tu te sortes la tête des fesses. Les femmes ont le droit d'aimer leur corps."

Taylor Swift, Selena Gomez, Kylie Jenner emblèmes et victimes de SLUT-SHAMING, c’est quoi au juste ?
Taylor Swift, Selena Gomez, Kylie Jenner emblèmes et victimes de SLUT-SHAMING, c’est quoi au juste ?

S’il parait impossible de complètement dire STOP au slut-shaming et de bannir à tout jamais ce phénomène mondial, on peut tout de même se battre contre ces idées reçues. Tenter de faire avancer les choses, comme le font les stars et les personnes anonymes. En France, le Ministère de l’éducation sensibilise sur le sujet avec des campagnes contre le harcèlement scolaire. Que vous soyez victimes ou témoins, vous avez le DROIT de faire quelque chose, en parler pour trouver des solutions. Pour plus de renseignements, rendez-vous sur le site de l’éducation nationale de l’enseignement supérieur et de la recherche ou téléphonez au 3020. Non au harcèlement, non aux idées pré-conçues, non au sexisme. Comme le dit Emily Ratajkowski : “Nous sommes plus que nos corps, mais ça ne veut pas dire que nous devons avoir honte d’eux ou de notre sexualité.”

Source : fan2.fr / huffingtonpost./ Finally, a Feminism 101 Blog / lennyletter.com / Instagram Emily Ratajkowski / Instagram Kim Kardashian - Crédit : , Interscope Records

31 commentaires
  • Signaler
    La mentalité de KSOS des gens quoi.
  • Signaler
    l’article fan2 le plus long que j'ai jamais lu.
  • Signaler
    Y en a qui disent se respecter mais n'hésite pas à insulter une femme ... donc les femmes ou du moins celles qui veulent vivrent librement ont encore un long parcours ... car les hommes insultes même leur propre épouse mais ce que j'ai pu entendre venant de certaines femmes a propro des fille comme kim est juste dèsesperant ! Y en a beaucoup trop qui se croient saintes parce qu'elle sont habillé mais qui vont sucé une bite en cachette et si elles voient une fille faire a la télé celle la devient la pute direct
  • Signaler
    Les menalités sont loin d'être évoluer ... franchement c'est pas la peine d'avoir une discussion la dessus .
  • Signaler
    tu n'es pas dans l'optique de l'article... désolée mes commentaires ce sont envoyés tout seuls..