Radicalisation, dérives sectaires... Comment te protéger des dangers d'Internet et des réseaux sociaux ?

Ecrit par

Internet et les réseaux sociaux sont de formidables espaces de liberté mais peuvent aussi être des lieux d’enfermement et de dangers. Radicalisation, endoctrinement, djihadisme… Les faits marquants de ces dernières années l’ont montré. Comment se protéger ? Focus

Après être revenue sur la question du harcèlement sexuel avec les récents hastags #BalanceTonPorc et #MyHarveyWeinstein, la rubrique Focus sur te propose un sujet malheureusement aussi d’actualité, le terrorisme. Ces dernières années, la France a été touchée à plusieurs reprises par des attentats terroristes. Ces actes de violence orchestrés par des organisations djihadistes frappent au-delà de l’Europe, dans plusieurs autres régions du monde. Des actualités auxquelles on aimerait ne pas être confronté(-e), mais qu’on ne peut, malheureusement, plus éviter. En tant que jeune, tu es d’autant plus exposé(-e), étant H24 sur Internet et les réseaux sociaux. Surexposé(-e) aux risques et aux dangers liés à ces médias, tu es aussi moins paré(-e) pour y faire face. Comment te prémunir et te sensibiliser à ces dangers ? Focus.

Définitions

La lutte contre le terrorisme est pleine de mots complexes et barbares. Il est nécessaire de les assimiler pour être sensibilisé. Le site Stop-djihadisme, mis en place par le Gouvernement, définit la radicalisation comme suit : "(…) Du latin radix, qui signifie "aller à la racine". Au sens politique, le terme désigne les personnes souhaitant changer radicalement la société en faisant – ou pas – usage de la violence." Au-delà de la contestation du pouvoir et de la démocratie, la radicalisation djihadiste revendique l’usage des armes et de la violence pour imposer la loi islamique, la charia. Les personnes ne partageant pas ces idées, musulmans ou non-musulmans, sont appelés à mourir. Le djihadisme est apparu en Afghanistan en 1979. Aujourd’hui, la mouvance est séparée en deux organisations, daech et al-quaïda. Celles-ci sont notamment implantées en Irak, en Syrie et regroupent des"volontaires" venus d’Afrique du Nord, d’Europe, du Moyen-Orient, d’Asie et du Caucase.

La radicalisation n’est pas un phénomène soudain : Elle résulte d’un processus d’endoctrinement. L’endoctrinement est définie par le CNRTL par l’"action de chercher à influencer, gouverner quelqu'un en lui imposant une doctrine, des modèles de pensée, des règles de conduite". Tu l’auras compris, la radicalisation et la liberté sont des concepts bien éloignés.

Internet et les réseaux sociaux, des dangers potentiels

D’après les spécialistes, les mineurs sont minoritaires parmi les personnes se radicalisant, mais restent des proies faciles. Les djihadistes peuvent, par exemple, approcher les jeunes filles en donnant une vision idéalisée de la figure de l’époux, ou en jouant du manque de confiance de certaines. En réalité, les témoignages d’anciennes djihadistes relatent la violence, les mariages forcés, l’enfermement et la solitude dont elles ont été victimes. En France, on estime à 11 500 le nombre de personnes radicalisées, dont un quart serait des femmes, souvent très jeunes.

Pourquoi les jeunes sont-ils des cibles potentielles ? En cause, l’utilisation parfois mauvaise d’Internet et des réseaux sociaux. Le plus souvent, la radicalisation commence par la rencontre d’une personne déjà endoctrinée. Les réseaux sociaux renforcent l’influence de cet élément déclencheur en tant que relais. Le web regorge de messages, de vidéos et d’autres médias extrémistes, possiblement pris au prix de la lettre. Chose importante à garder en tête : Tout ce qui est publié sur Internet n’est pas vrai et doit faire l’objet d’un recul nécessaire. Si tu as des interrogations sur certains sujets, n’hésite pas à en parler à ton entourage, ta famille ou tes profs. Échanger sur des sujets aussi complexes est un moyen de s’informer, mais aussi de lutter contre ces fausses idées. Pour un petit récap’ des "bons comportements" sur le web, retrouve notre Focus sur 13 choses à ne JAMAIS faire pour ne pas te mettre en danger sur Internet.

3614813

La prévention

Il peut être difficile de reconnaître une radicalisation, mais certains indicateurs peuvent être des signaux d’alerte. Le contexte social et familial, le changement d’habitudes, une pratique religieuse radicale, des changements d’apparence physique ou vestimentaires… Ces éléments peuvent être des indices d’une éventuelle radicalisation. Pour prévenir la radicalisation des plus jeunes, des dispositifs ont été mis en place par les ministères pour développer un suivi dédié. Les professeurs et le personnel scolaire sont également mobilisés et formés pour détecter d’éventuels signes chez leurs élèves.

Si tu as des doutes, si tu souhaites signaler des comportements qui te paraissent suspects ou simplement être écouté(-e), un numéro gratuit (lundi-vendredi, 10h-18h) : 0 800 005 696. Un formulaire est également à disposition sur le site Stop-djihadisme, sur lequel tu trouveras plus de renseignements. On a tous des interrogations sur le sujet : Il est important de ne pas les garder pour soi et de pouvoir échanger et s’informer, pour contribuer tous ensemble à la lutte contre le terrorisme.

Source : fan2.fr/stop-djihadisme.gouv.fr/CNRTL/Dailymotion GouvernementFR - Crédit : Stop-djihadisme.gouv.fr