Dylan O'Brien en mode SUMMER LOVE, vis ENFIN ton rêve avec la fanfiction de l'été 

Dylan O'Brien dans ta fanfiction
Ecrit par

Voici venu le meilleur moment de la semaine : Il est temps de vous faire rêver avec notre chronique spéciale summer love et cette fois-ci, c’est Dylan O’Brien qui est à l’honneur

La semaine dernière, la rédac de fan2.fr vous a vendu du rêve comme jamais avec sa fanfiction de l’été spécial Niall Horan, le véritable Dieu Snapchat, dont le dernier selfie va mettre tout le monde d'accord ! Mais c’est désormais au tour de Dylan O’Brien d’être à l’honneur et de vous faire vivre un moment inoubliable avec une nouvelle histoire tout aussi magique, qui en fera certainement rêver encore plus d’une. Alors après vous avoir donné toutes les astuces de la Fangirl à la plage pour horripiler tes voisins, voici la nouvelle fanfiction qui vous donnera carrément envie de trouver l’amour cet été !

Ça y est c’est déjà l’été. Le soleil, les touristes, le petit boulot. Est-ce je vous ai déjà dit que je DÉTESTAIS l’été ? Malheureusement comme dirait ma mère, je suis le genre de filles qui aime le lycée. Allez en cours et voir mes copines tous les jours, c’est ça mon kiff. Parce que ce que vous ne savez pas, c’est que quand on vit à Red Hill, c’est tout simplement l’ENFER en été. 2000 habitants l’hiver, 10 000 touristes l’été. L’avantage d’être une petite station balnéaire de l’est des États-Unis détenant le seul spa du pays à faire des enveloppements à la bave de palourde. Super, non ?

Ben oui, entre la plage et la dégustation de palourde, il n’y a pas grand-chose à faire ici et pendant que tous mes amis sont partis pour des vacances de folies à l’autre bout du pays, moi je reste ici pour bosser chez le seul marchand de glaces de la ville. Ne vous méprenez pas, j’aime bien mon boulot, Tracy, ma collègue, est devenue une super bonne copine, mais bon, c’est pas la folie non plus. Du coup, quand je rentre le soir, je n’ai qu’une envie : M’écrouler sur mon lit pour écrire un long mail à ma meilleure amie Abby pour lui raconter toutes les péripéties qui me sont arrivées aujourd’hui. Autant dire pas grand-chose. Pendant qu’elle me raconte tout ce qu’elle a adoré dans le dernier épisode de Teen Wolf, notre série préférée. Mais aujourd’hui, un autre mail m’attend dans ma boîte de réception. joueurdetriangle22@gmail.com. Aucune idée de qui ça peut-être, je ne reçois presque jamais de mail !

Afficher l'image d'origine

À scratchygurl33@gmail.com : « Je t’avais dit que c’était perdu d’avance. En parlant de perdu, j’ai égaré mon t-shirt préféré, tu sais celui qui dit : « I’m BATMAN, you can thank me ». Il faut que je le récupère ASAP, sinon, plus de douche pendant 1 mois ! Mouhahaha»

Alors celle-là je ne m’y attendais pas du tout ! Ça doit forcément être une erreur de mail, mais ça me fait beaucoup rire. Allez, pour le fun, je vais répondre à ce rigolo joueur de triangle (non, mais QUI joue du triangle sérieusement) : « Pas de t-shirt Batman à l’horizon, cher joueur de triangle (original par ailleurs). Ne voudrais pas être responsable de la dégradation de votre hygiène. Pour le bien de votre entourage. Pourquoi ne pas acheter le même ? »

La réponse est presque immédiate : « Oups pas le bon email apparement, il est un peu tôt, je ne dois pas être bien réveillé. Merci de votre compassion, mais ce t-shirt est unique. Me doute que vous ne pouvez pas comprendre un tel degré d’affection, si vous ne comprenez que le triangle est le coeur d'une symphonie. »

Afficher l'image d'origine

Il a du répondant, j’aime beaucoup ça : « Réveillé ? Mais il est 21h, ce serait plutôt l'heure d'aller vous coucher ! Faites-vous un peu trop la fête ? Cela expliquerait que vous ne sachiez pas où vous avez foutu votre t-shirt préféré. Bien cordialement, cher joueur de triangle. »

« Mauvaise langue, je ne sais pas où vous êtes, mais il est 15h du matin chez moi et je me réveille après avoir travaillé toute la nuit. Mais quelqu’un qui se couche à 21h un samedi soir ne peut peut-être pas comprendre ce que c’est d’avoir une vie bien remplie. Je vous pardonne chère scratchy gurl !»

Et bizarrement, vous me croirez ou pas, nous n’avons pas pu nous arrêter de parler ! J’ai beaucoup ris en lui envoyant des piques et 4h plus tard, je le connaissais déjà bien mieux. Il s’appelle Dylan, il a 18 ans (soit 1 an de plus que moi) et il vit à Los Angeles. Autant dire à l’autre bout du pays. On a découvert qu’on avait beaucoup de points communs, on aime les mêmes musiques, les mêmes films et étonnamment, on a le même sens de la répartie. Sur une échelle de 1 à 10, à quel point est-ce bizarre de commencer à aimer un mec qu’on a jamais vu de sa vie et qu’on connaît depuis seulement 4h ? Ok, c’est totalement bizarre !

Afficher l'image d'origine

Le lendemain matin, je découvre encore 3 nouveaux mails dans ma boîte de réception, auxquels je réponds avec un sourire aux lèvres. Pareil les trois jours qui suivent, je ne peux pas m’empêcher de rire de ses blagues absolument nulles et de rêver en même temps à l’homme qu’il doit être. C’est marrant, c’est totalement comme ça que j’imaginais mon prince charmant. Au niveau de la personnalité je veux dire. Mais il faudrait vraiment que je sache à quoi il ressemble, parce que si ça se trouve, il est à moitié chauve avec des dents jaunes qui se chevauchent et un strabisme divergent. Non pas que le physique soit le plus important, mais bon… . De toute façon, lui proposer un skype est totalement au-dessus de mes moyens et encore plus son Facebook ! Allez va pour une photo, je me jette à l’eau. Sauf que sa réponse n’est pas DU TOUT celle à laquelle je m’attendais : « Je ne pense pas que ce soit une bonne idée… » Oh là, ça sent très très mauvais ça ! « C’est parce que tu as peur de me voir ou peur que je te vois ? » 10 min plus tard, il me répond enfin : « Bon ok, mais il faut que tu me promettes que ça ne changera pas la vision que tu as de moi, même si ça ne fait qu’une semaine qu’on discute. »

Alors là, je le sens très très mal, mais à quel point est-ce qu’il peut être repoussant ? C’est tout moi ça, tomber amoureuse d’un mec et découvrir qu’il ressemble à Quasimodo… Amoureuse ?? Oh la vache je suis VRAIMENT mal. Allez, j’ouvre la photo. Oh la la le stress…

life dylan o brien eskimo medium

Et là, je ne pourrais pas être plus surprise. D’ailleurs j’éclate de rire et je lui réponds du tac-o-tac : «Sérieux ? Tu n’as pas trouvé mieux que de m’envoyer une photo de Dylan O’Brien ? Je pensais vraiment qu’on pouvait être honnêtes l’un envers l’autre… ». « Allume ta webcam, j’ai besoin de te parler face à face ». Bon bah au point où j’en suis… Le temps que ça se connecte, je me recoiffe mine de rien. Et quand il apparaît devant moi, je ne peux plus décrocher un mot. Je pense que ma mâchoire a dû se décrocher et que de la bave est en train de couler de ma bouche.

Ses cheveux bruns en bataille s’accordent parfaitement à ses yeux sombres, dans lesquels j’ai de suite envie de me plonger. Ses cils feraient pâlir une fille d’envie et sa bouche espiègle forme des petites fossettes quand il esquisse un sourire ou quand il est soucieux. Comme maintenant. C’est le plus beau garçon que je n’ai jamais vu de ma vie. Et pourtant je sais déjà à quoi il ressemble, pour l’avoir vu presque tous les jours depuis 5 ans à la télé. Dylan O’Brien est en train de me regarder et moi, je ne peux pas décrocher un mot. J’ai l’air d’un opossum surpris par les phares d’une voiture. Génial. « Emma, ça va ? Je savais que je n’aurais pas dû faire ça… J’avais peur que tu me voies autrement, comme toutes les autres ! Je voulais juste continuer à te parler, à apprendre à te conn… » S’en est trop pour moi, j’ai coupé la connexion. Comme ça, sans prévenir. Oh mon dieu. Mais WHAT IS HAPPENING ?

via GIPHY

Ok tu dois être en train de rêver là. Va dans ton lit, ne réfléchit pas et rendors toi. Et bizarrement, ça marche. J’ai déjà entendu parler des gens en état de choc capable de faire n’importe quoi, mais là, c’est quelque chose. Quand je me réveille le lendemain matin, je cours sur mon ordinateur, toujours persuadée que tout ça n’était qu’un rêve. Et bien non, tous les mails sont encore là, y compris la photo de Dylan O’Brien. Oh mon Dieu, je suis tombée amoureuse de DYLAN O’BRIEN. Enfin pour de vrai je veux dire. Sans savoir qui il était. Mais maintenant est-ce que ça change mes sentiments ? Mais évidemment que ça change tout ! Comment pourrait-il s’intéresser à une fille comme moi alors qu’il a toutes les filles qu’il veut ? Il paraît qu’il aurait même rompu avec Britt Robertson ! Je ne peux pas rivaliser. C’est vrai qu’on me dit souvent que je suis jolie. Mais pour Red Hill. Mes cheveux roux flamboyants et ondulés font office de perle rare dans les parages et on me complimente souvent sur mes yeux verts émeraude que je tiens de ma mère. Mais ça s’arrête là, je ne suis ni grande, ni petite, ni grosse, ni maigre, je suis ce qu’on appelle une fille dans la moyenne. Aucune chance.

Surtout qu’il ne m’a pas renvoyé de mail. Il doit me prendre pour une folle et avoir détalé quand il m’a vue. Oh mon Dieu, quelle honte. Jamais je ne pourrais raconter ça à quelqu’un. D’ailleurs je vais faire comme s’il ne s’était jamais rien passé. Voilà. Je vais m’habiller, allez au boulot et ne plus penser à tout ce qu’il m’a confié de sa vie. Son amour pour sa petite soeur, ses conflits avec son père et le fait qu’il était constamment harcelé. Mais moi je pensais qu’il parlait du lycée quand il disait ça, pas de milliers de fans en furies qui le suivent constamment. Et dire que je lui ai dis que je comprenais… Enfin il s’est bien gardé de tout me révéler aussi, il a sa part de faute ! Bref, pouf, c’est effacé, je n’ai JAMAIS lié d’amitié avec Dylan O’Brien.

Les jours qui suivent sont vraiment durs pour moi. J’ai l’impression d’être un robot. Je sers mes glaces avec mon sourire habituel, mais je n’arrive plus à parler, à me confier ou à rire avec mes collègues et même mes parents. Tracy a bien vu que quelque chose clochait, mais elle n’a pas insisté quand je lui ai dit que tout allait bien. Même quand elle s’émoustille devant les beaux gosses qui rentrent dans le magasin et qu’elle me fait signe, je ne réponds pas. Je ne pensais pas que ça me minerais autant toute cette histoire. Pourtant ça me manque de ne plus parler avec lui. Le vrai lui, pas la célébrité. En réalité, je me fiche qu’il soit célèbre et adulé, c’est découvrir le vrai Dylan que j’ai aimé… Mais je n’entendrais plus jamais parler de lui et je me contenterais de lire fan2.fr pour savoir ce qu’il se passe dans sa vie. La rumeur court même qu’il s’est remis avec Britt. Ça n’aura pas tardé après qu’il ait eu pitié d’une fille d’une petite bourgade.

Un orage arrive, ça fait une heure qu’on n'a pas eu de client et je m’occupe en nettoyant les bacs. Mais quelque chose cloche. «Euh Tracy, tu peux me dire pourquoi tu as l’air d’une statue qui a gobé une mouche ? » « D… D…. Dy…. » Je ne comprends rien à ce qu’elle bégaie, puis elle me montre l’entrée du doigt et là, j’hallucine. Avec le soleil derrière le dos et son t-shirt blanc, Dylan O’Brien a l’air de l’ange le plus canon que Dieu aurait créé. Il s’avance vers moi, pendant que je me liquéfie sur place et me dit de sa voix à tomber : « Est-ce que je peux te parler ? Tu as le temps de prendre une pause ? » Évidemment que j’ai le temps, même si j’ai un peu peur pour Tracy, qui n’a toujours pas bougé…

life dylan o brien eskimo medium

Assis sur un banc, nous n’osons même pas nous regarder dans les yeux. Il se lance finalement : « Je suis vraiment désolé de ne pas t’avoir dit qui j’étais. J’avais peur que tu réagisses mal et que tu ne veuille plus jamais me parler. Je savais bien que tu n’étais pas du genre fangirl, mais je ne pensais pas que tu couperais court à toute notre histoire. Je suis désolé de débarquer comme, mais il fallait que je te voie. Je ne sais pas toi, mais pour moi, les conversations que nous avions étais les meilleurs moments de ma journée. Entre la folie du tournage et le fait d’être reconnu partout, il n’y a pas beaucoup de moment où je peux me détendre et me montrer sous mon vrai jour… Tu dois sûrement me détester maintenant… Après deux jours sans nouvelles, j’ai décidé de prendre un avion et de venir à Red Hill. C’est marrant, c’est tout à fait comme tu me l’avais décris. Et là je suis en train de me faire un monologue et je ne m’arrête plus de parler… Dis quelque chose s’il te plaît… »

Whaou, j’ai du mal à rassembler mes pensées, à réaliser qu’il est là, en face de moi, avec sa casquette sur la tête. Certaines personnes le regardent un peu bizarrement, mais qui pourrait imaginer que Dylan O’Brien viendrait s’enterrer à Red Hill ? Je ne sais pas vraiment quoi lui répondre, alors je pèse chacun de mes mots avant de les prononcer : « Je ne te déteste pas. J’ai été surprise. Enfin, comprends-moi, je ne m’attendais pas à ce qu’une star de cinéma corresponde avec moi. Il y a encore un mois, j’allais au cinéma voir Le Labyrinthe et là, tu es devant moi, en chair et en os et je ne sais plus quoi penser. » « Tout ce que je veux, c’est qu’on reste amis. Tu as été un souffle d’air frais dans ma vie Emma et quand je t’ai vu à la webcam, j’ai réalisé que tu étais aussi belle que tu ne l’es à l’intérieur. Je te trouve formidable et je comprendrais que tu ne veuille rien de plus. Après tout je n’ai pas grand chose à t’offrir, à part le vrai moi. Je rêverais de pouvoir te prendre dans mes bras, de te cuisiner des fajitas, ton plat préféré ou encore de t’entendre rire à mes blagues tous les jours. Tout ce que je voudrais là maintenant, c’est d’être avec toi… »

« Mais, et Britt ? » « Ça fait longtemps qu’on a rompu, mais les médias ne savent plus quoi inventer. Il n’y a eu que toi dans mes pensées ces derniers jours, je peux te l’assurer. Tu me hantes. » « Mais tu vis à Los Angeles et le tournage et… Ça ne peut pas marcher… » « Je suis en break pendant un mois, le tournage ne reprend qu’en septembre, alors si tu es d’accord, j’aimerais beaucoup louer une maison à Red Hill pour prendre des vacances et pourquoi pas me faire quelques enveloppements à la bave de palourdes… Et de là, on verra où ça nous mène.» Son petit rire espiègle me fait fondre et je lui souris de toutes mes dents. Je ne peux pas m’en empêcher, il est comme un aimant pour moi. Je n’arrive pas à croire qu’il veuille être avec moi parmi toutes, c’est bien trop beau… Voyant mon hésitation, il me prend tendrement le visage de ses mains chaudes et douces. Il me sourit, faisant apparaître ses fossettes adorables, me regarde dans les yeux et s’approche doucement pour toucher mes lèvres des siennes. C’est le baiser le plus doux qu’on m’ait jamais donné (non pas que j’en ai eu beaucoup à vrai dire) et je me noie dans ses yeux, avant de fermer les miens pour ressentir chaque parcelle de ce moment. Son baiser se fait plus pressant, plus passionné et en passant mes mains dans ses cheveux, je me rends compte que plus jamais je ne voudrais le laisser partir. Je ne sais pas par quel miracle il est devenu à moi, mais je ne suis pas prête de le laisser filer. Je vous ai déjà dit que J’ADORAIS l’été ?

Pour encore plus de fanfiction avec toutes tes stars préférées, rendez-vous dans le SUMMER LOVE de fan2.fr

Source : fan2.fr - Crédit : Vanity Fair, MTV