Brooklyn Beckham en mode Summer Love, vis enfin ton rêve avec la fanfiction de l'été

Ecrit par

c'est vendredi, l'heure du nouveau Summer Love a sonné ! Cette semaine, c'est avec Brooklyn Beckham que vous vivrez une histoire courte, mais intense

Louis Tomlinson en mode SUMMER LOVE, vis enfin ton rêve avec la fanfiction de l'été. La semaine dernière, c'est le membre des One Direction qui était à l'honneur dans notre histoire romantique hebdomadaire. Aujourd'hui, c'est avec Brooklyn Beckham que tu vas pouvoir vivre une love story aussi improbable qu'intense. Tu verras que les jobs d'été ne sont pas toujours synonymes de torture, on y fait parfois de très belles rencontres ;) Et pour encore plus de romantisme avant de commencer le week-end, retrouvez vite Zayn en mode SUMMER LOVE, pour vivre un autre rêve. Et vous, votre love story idéale des vacances ce serait quoi ?

Afficher l'image d'origine

- "JE N’IRAI PAS !"

- “Tu n’as pas le choix, sois contente ça te fera sortir. En plus, c’est l’occasion ou jamais de te faire un peu d’argent pour la rentrée !”

Ils sont sérieux là ? De l’argent pour la rentrée ? Les vacances ne sont pas faites pour se reposer normalement ? Quand est-ce qu’ils comprendront que t’as juste envie de rester au fond de ton lit à regarder des séries et traîner sur Twitter ? Tu pourrais leur expliquer en chinois qu’ils te forceraient quand même à bosser en tant qu’hôtesse dans ce foutu événement demain. “T’as de la chance d’être sur la Côte d'Azur” disent tous tes potes. Tu parles, t’as surtout la poisse d’être sur Cannes, pile pendant cette présentation au Palais des Festivals. Et la double poisse d’avoir un père qui s’est senti pousser des ailes en te négociant ce poste. Bref calme-toi, t’as des affaires à préparer apparemment.

Le sac c’est bon, la tenue c’est bon, les cheveux attachés c’est bon. Petit tour devant le miroir, c’est… C’est pas bon du tout. Rien ne va, coucou la douce catastrophe qui va se transformer en archi cata d’ici quelques heures. Tu te demanderas toujours comment les filles de Tumblr font pour avoir des chignons aussi parfaits. Les tiens ne ressemblent jamais à rien... C’est bien, tu ne vas pas du tout faire tâche comme ça. Oh et puis tant pis, la prochaine fois on te préviendra un peu plus tôt. Mieux, tu seras peut-être refoulée à l’entrée et tu pourras retourner à tes occupations. L’espoir fait vivre apparemment… Reste plus qu’à croiser tes doigts fort, fort, fort.

Même si t’as frôlé l’amputation en te coupant la circulation sanguine (on avait dit fort, fort fort), rien de tout ça ne s’est passé. Évidemment. Ton père t’a déposée devant le palais et t’as cherché un quart d’heure l’entrée du personnel. Bah oui, impossible de passer par le tapis rouge, t’as dû faire un marathon pour aller de l’autre côté. Allez, à ce rythme-là, tu pourras te présenter aux prochains JO. Il faut toujours voir le verre à moitié plein paraît-il… Et t’es censée le voir comment le verre quand une bimbo peroxydée débarque dans les vestiaires et pose ses affaires juste à côté des tiennes ? C’est la grande question que tu te poses, parce que c’est ce qui vient d'arriver. “Ciiiindy” est là, “Ciiiiindy” a déjà fait hôtesse l’année dernière, “Ciiiiindy” peut t’aider si besoin. Un cauchemar dans un cauchemar… Ces vacances d’été n’auraient pas pu être pires en fait

On arrête de se tourner les pouces, la chef des hôtesses Valérie Lallement donne rendez-vous à tous les saisonniers pour un rapide brief de la journée. Elle répartit les rôles à sa manière : Tu te retrouves donc à placer les invités en compagnie de Ciiiindy, bien sûr. Elle vous donne le plan des places, les noms et les photos de toutes les personnes que vous devrez accueillir. T’as juste envie de souffler et lever les yeux au ciel, mais tu te contentes de sourire. Tu le sais, ça t’éviteras bien des ennuies. Tu montres même tes dents pour la peine, quitte à jouer les hypocrites, autant le faire jusqu’au bout. Valérie s’est tout juste retournée que Cindy a déjà le nez dans le book pour voir les stars qui seront présentes.

- “OH MON DIEU, VICTORIA BECKHAM SERA LÀ !”

- “Victoria qui ?”

- “MAIS VICTORIA BECKHAM, LA FEMME DE DAVID !”

- “Haaaaa bah oui tout est plus clair d’un coup…….”

- “BECKHAM, le footballeur, le mec le plus sexyyy de la planète ? T’es encore plus stupide que ce que je pensais. Sors de ta grotte un peu.”

- “J’aimerais surtout y retourner pour ne pas avoir à supporter ta tê...”

Impossible de continuer, les premiers invités font leur entrée dans le palais. Tu esquisses ton sourire le plus fake du monde et c’est parti ! Tu te retrouves à faire le GPS humain pour des hommes d’affaires et une tripoté de mannequins qui font trois fois ta taille. T’hésites à demander des échasses pour finir la journée, tu vas choper un torticolis si ça continue… Et si tu pensais que le plus dur était fait, c’était avant de voir cette femme perchée sur ses plateformes de 15 cm débarquer devant toi.

- "Bonjour"

- "..." Gros blanc

- "BONJOUR !"

Toujours pas de réponse. *Apparemment, la politesse est en option chez elle.*

- “Où est ma place ?”

- “Pour ça, il me faudrait votre nom madame.”

- “Il faut surtout travailler votre liste d’invités. C’est inadmissible de poser une telle question.”

Donc en fait elle est folle. Elle a cru que tu allais retenir les noms des 435 personnes présentes en 2 heures.

- “Du coup, votre nom ?”

- “Beckham. Vous ne voulez pas que je vous l’épelle aussi ?”

*... Grosse boulette. Faut toujours que tu gaffes quand il ne faut pas.*

- “Non ce ne sera pas la peine… Euh, suivez-moi.”

- “Dépêchez-vous, mes talons me font un mal de chien !”

*En même temps, t’avais qu’à acheter des trucs confortables avec tout ton fric.*

- “Votre place est juste ici” T’affiches ton plus beau sourire pour te rattraper. Sur un malentendu ça peut marcher.

- “On ne voit pas très bien la scène, je préférerais être plus à droite.”

- “Oui mais toutes les places sont prises, ce sera donc celle-ci.”

- “Vous n’avez pas bien compris. Je veux être plus à droite.”

*C’est ma main dans ta tête qui va être bien à droite tu vas voir.*

- “Je vais voir ça avec ma responsable.”

- “Évidemment, incapable de faire les chose seule.”

Trop c’est trop, t’as envie de remettre cette Valérie Vicky Victoria machin chose à sa place une bonne fois pour toutes et la faire redescendre sur terre. Elle s’est prise pour qui à te parler comme ça ?

- “Il y a un problème Maman ?”

Cette voix venue de nulle part te sort direct de tes pensées. Tu mets bien deux secondes à comprendre que le mec beaucoup trop mignon devant toi vient de s’adresser à cette peau de vache en l’appelant maman. Il doit y avoir une explication, c’est im-po-ssible autrement.

Afficher l'image d'origine

- “Non Brooklyn. Tu veux bien lui donner ton manteau ?”

- “Oui bien sûr m’man, tu m’attends là je dois passer au bar ? D’ailleurs vous pouvez m’accompagner mademoiselle s’il vous plaît ?”

Devant tant de beauté, euh, de politesse, tu ne peux pas refuser... Tu prends les manteaux dans une main et te diriges vers le bar totalement obnubilée par les yeux de… “

- "Enchanté, moi c’est Brooklyn”

- “Euh oui, d’accord.” Le malaise est total !

- “Tu sais, je voulais m’excuser pour le comportement de ma mère. Quand elle est stressée, elle a tendance à en faire des caisses. Mais ça ne lui ressemble pas du tout, vraiment. C’est la femme la plus gentille et attentionnée qui doit se trouver ici, tu l’as juste rencontrée dans de mauvaises circonstances.”

- “Si tu le dis…”

- “J’insiste. Je n’ai pas envie que tu gardes une mauvaise image d’elle. Viens manger avec nous après la cérémonie. Une fois son discours terminé, elle sera plus tranquille.”

- “Euh… C’est gentil mais non. J’ai déjà quelque chose de prévu ce soir.”

- “En fait, ce n’était pas une question… Tu viens manger avec nous ce soir.”

Et il t’a laissé en plan. Là. Comme ça. Et le pire du pire, c’est que ça t’a trotté dans l’esprit toute la soirée. Genre “le fils de” va inviter la petite hôtesse grognon à manger ? Tu n’y crois pas une seule seconde. De toute façon, les invités sont tous partis et tu n’as pas eu de nouvelle de sa part. En même temps, est-ce que c’est vraiment étonnant ?

Tu sens une tape sur l’épaule. Petit tour de 180°, Brooklyn Beckham est là, juste devant toi, sourire au coin des lèvres.

- “J’espère que tu as faim, ce sera pizza ce soir.”

- “Euh. Non. Enfin. Si. Enfin. Où est ta mère ?”

- “Elle nous attend dans la voiture, elle voulait éviter de croiser trop de monde.”

- “Son humeur est toujours massacrante ?”

- “Une autre femme, tu verras.”

Afficher l'image d'origine

Et c’est tout vu ! Brooklyn n’avait pas tort, malgré tes réticences sa mère est adorable. Comme quoi, il ne faut jamais juger les gens à la première impression. Elle s’est excusée à peu près 10 fois pour son comportement. Une onzième fois au moment de partir : Elle a dû nous laisser pour rejoindre son styliste afin de finaliser son look pour demain. *Normal* Brooklyn a simplement dit qu’il la rejoindrait plus tard. J’imagine qu’il n’est pas trop intéressé par la mode.

- “Je ne vais pas te déranger plus longtemps. Mon père va venir me chercher. C’est sympa de m’avoir invitée en tout cas.”

- "Tu habites loin ?"

- “Non pas du tout, à 10/15 minutes environ. C’est toujours tout droit, il suffit de suivre la mer.”

- “Alors laisse moi te raccompagner.”

Afficher l'image d'origine

Là, tu te demandes sérieusement à quel niveau d’improbabilité s’élève cette soirée ? Entre 1 et 10, t’as envie de mettre 12.

- “On a qu’à aller marcher sur la plage, il n’y a personne à cette heure-ci.”

- “Tu as honte de te balader avec l'hôtesse de la soirée devant tout le monde c’est ça ?”

- “Pourquoi tu dis ça ?”

- “Je sais pas, un pressentiment.”

- “Un pressentiment ?”

- “Avoues que c’est assez louche cette histoire. La pauvre fille qui s’embrouille avec la femme de David Beckham. Le fils qui débarque de nulle part et qui l’invite au restaurant et puis la balade sur le sable. Je ne comprends pas où tu veux en venir. Ca te sert à quoi de faire tout ça à part perdre ton temps ?”

- “Perdre mon temps ? Ha ok. Si c’est comme ça que tu résumes la soirée tu as raison, je n’ai pas envie de me balader avec toi. Ni en public, ni en privé d’ailleurs. J’étais juste heureux de passer enfin du temps avec une personne qui ne connaissait pas ma mère. Une personne qui a réussi à lui tenir tête quand elle était exécrable. Une personne qui ne profite en aucun cas de la situation et de la célébrité familiale. Ca me faisait du bien de voir que je pouvais enfin passer une soirée avec quelqu’un de normal et pas ces gens bling bling autour de moi. Et comme si ça ne suffisait pas, j’ai adoré partager ce court moment avec toi. Parce que tu es passionante, intelligente, marrante et d’une beauté naturelle impressionnante. Dès que j’ai croisé ton regard, j’ai su que je devais tout faire pour t’amener ici ce soir. Je pensais à un 6ème sens… C’était juste de la stupidité en fait. Qu’est ce que je peux être con des fois… Ouais, vraiment très con !”

Un pas, deux pas, trois pas, son visage devient beaucoup trop proche du tien. À peine le temps de réfléchir que ses lèvres se posent délicatement sur les tiennes. Il y a comme un feu d’artifice qui éclate en toi. Ses mains viennent se loger dans ton cou, ses pouces sur tes joues, son regard est plongé dans le tien. Le cauchemar de ta journée s’est peu à peu transformé en rêve éveillé, tu aimerais juste que le temps s’arrête de tourner. Mais les secondes passent et vous restez là, blottis l’un contre l’autre, comme si le reste du monde n’existait plus. Sans trop comprendre comment, Brooklyn s’empare de ton téléphone et tapote deux trois trucs avant de te le rendre et te serrer fort dans ses bras. Tu sens au fond de toi que c’est sa façon à lui de dire au revoir, même si cette idée te brise le coeur avant même que tout se termine. Brooklyn tourne la tête et part comme ça, sans un mot, sans un regard. Il aura quitté ta vie aussi vite qu’il y est entré… En quelques secondes seulement. Le rattraper ? À quoi bon ? Tu sais qu’il t’a tourné le dos pour une raison. Oui tu aimerais courir et lui tapoter l’épaule comme il a su le faire. Oui tu aimerais lui dire que son sourire en coin te donne des papillons dans le ventre, que son regard te transperce à chaque fois qu’il pose les yeux sur toi. Oui tu aimerais lui dire que c’était peut-être un vrai sixième sens et que tu es désolée d’avoir tout foiré. Parce que oui, t’as vraiment tout foiré !

Les jours passent et rien ne change, rien ne s’arrange. Tu repasses cette soirée en boucle en espérant pouvoir changer les choses, pouvoir recommencer et tout effacer. C’est à la fois si loin et si proche. Tu te demandes même si tout a vraiment existé. Le pire dans tout ça, c’est cette impression de ridicule. Comme peut-on s’attacher à une personne que l’on connaît à peine ? Qu’on a vu seulement quelques heures ? Qu’on a embrassée une seule et unique fois ? Comment peut-on se faire à l’idée de ne plus jamais la revoir ?

“Brrr brrr”

Un nouveau message de +44 (...) : Tu me manques.

Source : fan2.fr